POLYTECH NANTES INFOS
N°21 - Novembre 2015

Nos étudiants regorgent de multiples talents ! Certains excellent dans la pratique sportive, d'autres dans le domaine artistique. Nous avons rencontré Coralie Clément, claveciniste au Conservatoire de Nantes et élève ingénieure en 3e année de Matériaux à Polytech Nantes.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours musical et scolaire ?

Concernant mes études musicales, j'ai commencé le clavecin à l'âge de 7 ans dans une école de musique de Lyon. A 9 ans, j'ai intégré la maîtrise de l'opéra de Lyon pour apprendre le chant, et ce pendant deux ans.

Pour mon entrée au collège, j'ai décidé d'interrompre mes études de chant pour que la musique ne porte pas préjudice à mes études. Cette même année, j'ai intégré le Conservatoire de Nantes en classe de clavecin. Après avoir validé les 3 cycles du conservatoire, je suis entrée en cycle spécialisé. Ce cycle est traditionnellement réservé aux élèves voulant se professionnaliser mais il est aussi accessible à ceux, comme moi, qui veulent pousser au plus loin leur technicité.

En ce qui concerne mon cursus scolaire, j'ai suivi le cursus CHAM/CHAD du collège Victor Hugo qui propose un aménagement d'horaires pour les élèves musiciens et danseurs du conservatoire puis j'ai obtenu un bac S. J'ai ensuite intégré le PeiP de Nantes et je suis maintenant en 3e année de formation ingénieur en Matériaux.

Quelle place prend la musique dans votre emploi du temps ?

Pour l'année passée, la musique représentait deux cours par semaine auxquels s'ajoute une heure de pratique quotidienne en moyenne.

Pourquoi faire des études supérieures lorsqu'on suit déjà une formation artistique de haut niveau ? Pourquoi avez-vous choisi d'intégrer Polytech Nantes ?

Je n'ai jamais envisagé la musique autrement que comme un loisir, j'ai simplement voulu pousser ces études au plus loin. J'ai choisi d'intégrer Polytech Nantes parce que je voulais faire des études d'ingénierie et j'ai choisi cette école en particulier car le parcours PeiP m'offrait une souplesse raisonnable dans mon emploi du temps pour ne pas trop freiner mes études musicales.

A l'heure actuelle, vous n'avez pas le statut d'artiste de haut niveau : comment arrivez-vous à concilier vos études avec votre passion ?

Tout d'abord, j'ai limité mes engagements vis-à-vis du conservatoire et je ne participe donc pas à un certain nombre de cours qui me sont accessibles. Idem pour les représentations, j'en fais très peu car elles représentent un travail supplémentaire de perfectionnement. La clé pour parvenir à gérer les deux, c'est une organisation sur le long terme, planifier ce que je dois faire une semaine à l'avance, affecter à chaque chose un horaire et une durée en laissant toujours un peu de temps pour les imprévus de dernière minute.

Quel est votre meilleur souvenir en tant qu'artiste ?

J'ai beaucoup de bons souvenirs en tant qu'artiste puisqu'il s'agit de ma passion. Je pense que le plus marquant pour moi a été l'annonce de l'obtention de mon diplôme qui représentait des mois de travail intensif accompagné d'un stress permanent. Passer son diplôme d'instrument ça n'est pas comme passer son bac, il n'y a pas de matières pour en compenser une autre et personne n'est anonyme. Chaque candidat se retrouve dans une salle avec trois jurés qui, à cet instant précis, ne sont là que pour lui et ses mois de travail se résument en une vingtaine de minutes. Alors quand on m'a annoncé après des heures d'attente que j'avais réussi, c'est un poids immense qui s'envole et ce sont des années d'études et de passion qui se concrétisent.

Quels sont vos futurs projets ?

Mon projet musical durant mes deux années de PeiP était d'obtenir mon diplôme d'instrument, ce fut le cas en juin 2015. Après son obtention, le Conservatoire ne m'offrait qu'une seule possibilité pour poursuivre mes études musicales qui était de valider les Unités de Valeur (UV) restantes de mon diplôme, à savoir des cours de théorie principalement. Or, dans la musique, c'est toujours l'instrument qui m'a intéressée et j'ai donc décidé d'arrêter le Conservatoire et de poursuivre seule le clavecin. Du côté de l'ingénierie, j'ai choisi d'entrer en 3e année de Matériaux à Polytech Nantes.

Lettre d'informations n°21