Lettre d'informations de Polytech Nantes
POLYTECH NANTES INFOS
N°10 - FÉVRIER 2012
Les préoccupations croissantes en matière de développement durable ont, depuis plusieurs années, mis en lumière le rôle de l'industrie de la construction dans la consommation de ressources naturelles et énergétiques, et la nécessité d'adopter une démarche réfléchie de réduction de ces impacts environnementaux.

Consommation d'énergie et rejets de CO<sup>2</sup> par l'industrie du BTP en France (Source CITEPA, 2001)
L'industrie du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP), secteur économique clé dans la plupart des pays industrialisés et notamment en France, est reconnue comme une grande productrice de gaz à effet de serre et de déchets divers.

En France, le secteur du bâtiment est à lui seul responsable du quart des émissions annuelles de CO2 et d'environ la moitié de la consommation d'énergie finale. Le potentiel d'économies énergétiques et de réduction d'impacts dans ce secteur est donc très important.

Dans ce contexte, le développement de matériaux de construction à impacts environnementaux réduits est un enjeu crucial. Ceci nécessite un effort conséquent de recherche afin de mettre au point des éco-matériaux innovants dont la fabrication et la mise en œuvre engendrent moins d'émissions de gaz à effet de serre tout en conservant ou en améliorant leurs performances d'usage et leur durabilité.

Parmi ces éco-matériaux, les biomatériaux de construction, combinant une matrice minérale et des charges d'origine organique, constituent une alternative prometteuse et en pleine croissance, car ils présentent de nombreux avantages économiques, écologiques et sanitaires.

Les travaux du laboratoire GeM

Dans le cadre de projets nationaux et internationaux, le laboratoire Génie civil et Mécanique (GeM) s'intéresse à la conception et à l'optimisation d'éco-matériaux à base de fibres et de granulats végétaux.
Essai mécanique sur un bloc de bétonchanvreLe concept des biomatériaux consiste à remplacer les constituants provenant d'une ressource non renouvelable (granulats minéraux, fibres plastiques, etc.) par des produits issus d'une ressource naturelle renouvelable, c'est-à-dire biologique. Dans le domaine de la construction, le remplacement des granulats minéraux par des fibres végétales a ainsi (re)donné naissance à de nouveaux matériaux (béton de chanvre, béton chanvre lin, enduit chanvre chaux, bauge, etc.) légers, isolants et avec des propriétés perspirantes assurant un meilleur confort dans l'habitat à température égale. Par ailleurs, l'utilisation de la chaux comme liant en remplacement du ciment Portland a permis de réduire encore l'impact environnemental de ces biomatériaux.

Eco-matériaux : une solution globale ?

L'augmentation des performances énergétiques des constructions entraîne généralement une augmentation des épaisseurs des parois et donc une demande croissante en matériaux impliquant un alourdissement des impacts environnementaux liés à leur production. Les bétons à base de granulats végétaux échappent à cette logique : en modifiant leur composition, il est possible de maintenir des impacts environnementaux faibles (consommation en énergie grise constante) tout en améliorant le coefficient de transmission thermique U de près de 50%. D'autres indicateurs - comme le stockage du CO2 - sont également réduits. L'utilisation plus large de ces biomatériaux nécessite cependant une révision des habitudes constructives, permettant de séparer le rôle d'enveloppe thermique du rôle structurel du bâtiment.

Contact

Lettre d'informations n°10