https://polytech.univ-nantes.fr/medias/photo/projet-disrupt_1602238140098-jpg

Le Disrupt'Campus Nantes propose un programme de formation interdisciplinaire (Université de Nantes - Centrale Nantes - École de Design) et diplômant, sur le thème de l'innovation et de la transformation numérique. Les étudiants participant à ce programme sont formés, sur 5 mois, au pilotage de projet de transformation numérique sur des sujets réels d'entreprises. Cette année, la 3ème promotion accueille 20 étudiants venant d'horizons différents.

Florence Lanoy, 24 ans, et Lorette Queguiner, 21 ans, ont un point commun : elles ont choisi de suivre, en parallèle de leur 5ème année de cycle ingénieur en spécialité ETN, un double cursus avec le programme Disrupt'Campus conduisant au diplôme inter-universitaire (DIU) "Innovation et Transformation numérique". La première vient d'obtenir son double diplôme, la seconde commence tout juste son cursus. Elles nous partagent leur expérience et reviennent sur leur choix de formation.

 

Quelle a été votre parcours avant d'intégrer Polytech Nantes en ETN ?

Florence : "J'ai passé un Bac S SVT spécialité Maths (pour moi tous les S étudiaient les drosophiles, je n'avais donc jamais entendu parler des sciences de l'ingénieur). Pour le supérieur, j'ai procédé par élimination : il me restait Droit ou Ingénieur. Le bachotage n'étant pas vraiment ma passion, j'ai fini par choisir Ingé en voulant fuir les prépas "classiques".
Polytech m'a semblé parfait : une multitude de spécialisations, étiquette "universitaire" ouvrant énormément de portes à l'étranger, et au cas où, une réorientation possible. Puis après la Peip, j'ai atterri en ETN et ça m'a bien plu.
"

Lorette : "J'ai obtenu un Bac S SVT puis j'ai poursuivi mes études avec une classe prepa MPSI/MP avant d'intégrer Polytech."
 

Pourquoi avoir choisi d'intégrer un double diplôme et plus spécifiquement le DIU Innovation et transformation numérique de Disrupt'Campus ?

Florence : "Bon honnêtement, on venait de terminer le projet transversal* et quand j'ai réalisé qu'on remettait le couvert l'année d'après, mais cette fois seul ou en binôme, j'ai ri jaune. La R&D ça m'a bien plu, mais j'avais du mal à m'y projeter, je voulais essayer autre chose. Je pensais faire l'option MAQSEi, mais ça voulait dire au revoir à l'électronique donc j'hésitais. Et puis autour d'un café, un ancien du Disrupt' m'a bien pitché l'affaire : un projet innovant, concret, du terrain, de la pluridisciplinarité, des nouveaux gens, des nouveaux lieux... Eureka !"

*projet transversal durant une année en équipe de 5/6 élèves ingés ETN sur une problématique donnée par une entreprise


Lorette : "J'ai choisi d'intégrer un double diplôme pour avant tout me fixer des objectifs personnels en matière d'organisation et d'ouverture d'esprit par rapport à ma filière, mais je ne voulais pas m'éloigner de ce que celle-ci m'apprend, mais au contraire, qu'elles se complètent. Le DIU Innovation et transformation numérique de Disrupt'Campus permet de valider l'ensemble de ces souhaits puisqu'il permet de travailler en équipe pluridisciplinaire avec des étudiants de Fac de Droit, de Psycho, d'Ecole de Design, ce qui permet de s'ouvrir l'esprit dans un projet, tout en gardant une forte part de technique en matière de culture numérique. Il y a également une forte problématique sur le "numérique responsable" qui est abordée et importante pour connaître et comprendre les enjeux et limites éthiques et sociales des innovations."

 

Comment s'est déroulée votre année/votre rentrée en double cursus ?

Florence : "Comme le programme est encore tout jeune et doit combiner les contraintes de plusieurs départements, il y a eu des petits couacs, certes, mais on nous a laissé une certaine liberté pour le concilier avec notre cursus initial. Les cours, dispensés tous les mardis, sont très différents de ceux proposés par Polytech. Ils portent sur des problématiques au cœur de l'actualité du numérique et de l'innovation. On a eu pas mal d'intervenants, rencontré des start-ups, engouffré des petits déjeuners, participé à un start-up Week-End, ... et on a surtout découvert plein de lieux différents : la Cantine du Numérique, Le Start-Up Palace, la Halle 6, etc. On s'est retrouvé immergé en plein cœur du monde de l'innovation avec pour objectif : innover."

Lorette : "La rentrée a permis de découvrir les entreprises investies dans le projet : la SNCF, la Ville de Nantes, Nielsen Concept et Le Groupe La Poste. Elles ont pitché leur projet pour qu'à la suite des entretiens avec eux, nous puissions nous positionner dessus. La première impression que j'ai retenu est leur dynamisme, présent dans tout ce qu'ils font."

Promotion 2020 Disrupt Campus
 

Sur quels projets avez-vous travaillé/travaillerez-vous dans le cadre de cette formation ?

Florence : "Pour ce qui est du sujet, j'ai eu la chance de participer à un projet portant sur un de mes centres d'intérêts : la voile. Nous avons travaillé avec l'association Neptune et le skipper nantais Armel Tripon pour réinscrire la course au large dans le paysage nantais au vu de son prochain Vendée Globe. Pour résumer le parcours : nous avons démonté la problématique de départ en remontant à la source, nous sommes allés au contact du public nantais pour comprendre les besoins, et nous avons pivoté, pivoté et pivoté ! À la fin, nous avons pris toutes les idées qu'on a pu avoir, tout mélangé, et c'est que ça tient la route !"

Lorette : "Pour ma part, je vais travailler avec la Direction de l'éducation de la Ville de Nantes au coté de 5 personnes, afin de réaliser la transition numérique dans les écoles de la ville. Les agents qui y travaillent n'ayant même pas d'adresse mail pour communiquer avec leurs employeurs, ils souffrent d'un manque de considération. La problématique ici est avant tout de comprendre leurs attentes en allant sur le terrain et de trouver une solution pour y répondre en accompagnant les personnes à utiliser ces innovations, parfois très lointaines pour eux."

Travail de groupeEquipe Neptune
 

Quels sont, selon vous, les atouts/point fors de cette formation ? A-t-elle répondu à vos attentes ?

Florence : "Pour ce qui est de mes attentes, je n'ai pas été déçue ! J'ai adoré la pluridisciplinarité, même si c'est assez déroutant au départ. (Vous saviez que les étudiants en design ne faisaient pas que des constructions bizarres qui prennent plein de place dans le C6 ?) En plus de rencontres inattendues, on découvre les métiers de chacun au fur et à mesure du projet.
Autre point fort : il nous est demandé de visualiser le projet dans son intégralité, de A à Z. Nous ne venons pas seulement répondre à un cahier des charges. Nous remettons en question la problématique, nous testons continuellement nos idées auprès des utilisateurs et nous avons un aperçu de tous les aspects de vie d'un projet. On baigne dans le concret !

D'un point de vue plus personnel, je ne me considérais pas vraiment comme spécialiste dans un domaine en particulier, donc j'appréhendais un peu, je me demandais si j'allais pouvoir être d'une quelconque utilité. Mais tout cela fut vite balayé : l'objectif n'est pas uniquement d'apporter un bagage tech, mais plutôt d'arriver avec son propre univers."

Lorette : "Les atouts de la formation ? La qualité des intervenants et mentor qui sont souvent eux-mêmes des acteurs entrepreneuriaux, leurs conseils sont pertinents et très formateurs, mais aussi l'investissement des élèves dans les projets ainsi que les outils appris en cours pour explorer la créativité dans un groupe."
 

**


Quels sont vos projets professionnels pour la suite ?

Florence : "Je suis actuellement en CDI chez OBS SA en tant que "coordinatrice de projet en déploiement". De bien grands mots pour dire que je coordonne le déploiement chez des professionnels de solutions de SmartBuilding (Smart Office et Affichage Interactif). Le DIU a suscité pas mal d'intérêt de la part des recruteurs. La transformation numérique et l'innovation sont au cœur des problématiques actuelles et peu de formations proposent une coloration à ce sujet. Ce bi-diplôme démontre aussi une certaine capacité à travailler en équipe pluridisciplinaire, une ouverture d'esprit, être "force de proposition", une rigueur dans la gestion de deux cursus, etc. Bref, toutes les compétences non-techniques, un peu floues, précisées en petit là, en bas des offres d'emploi"

Lorette : "Mon projet professionnel n'est pas encore clairement défini et pourra évoluer selon les opportunités et mes envies. À l'heure actuelle, j'aimerais découvrir la recherche au cours de mon stage de fin d'étude notamment dans le domaine de la santé et pourquoi pas continuer dans cette voie. J'ai également une attirance pour le monde entreprenarial, d'où ma participation à cette formation."

 

Et si vous aviez un message à faire passer aux étudiant.e.s...?

Florence : "Vous voulez sortir de votre zone de confort composée de rédaction de cahiers des charges, développement, rapports, etc. ? Faites Disrupt'Campus ! Vous pensez que les start-up c'est du vent monté par des hipsters ? Faites Disrupt'Campus ! Je suis arrivée avec des idées préconçues, je l'avoue, mais j'ai vite changé d'avis ! C'est un monde hétéroclite, mais tellement hétéroclite qu'il en devient homogène : chacun y trouve sa place. Il faut explorer, imaginer, itérer, et pivoter, pivoter, pivoter. Vous arrivez le matin avec une idée en tête, vous repartez le soir avec l'inverse ! Une fois qu'on a mis un pied dans cet univers, le reste semble bien calme, voir un peu terne.

Et surtout : soutenez l'Occitane pendant le Vendée Globe 2020 ! (ça c'est mon côté corpo)"

Lorette : "Mon conseil est de suivre votre curiosité là où elle vous mène : faire des projets, des formations, suivre des conférences... Ce DIU vous permet de faire tout cela au cours de votre formation, si ça vous tente alors foncez !"