POLYTECH NANTES INFOS
N°22 - Février 2016

Démarche collective impulsée et soutenue par la Région Pays de la Loire, Ouest Industries Créatives est co-porté par l'Université de Nantes et l'École de design Nantes Atlantique, avec 14 partenaires régionaux. Avec près de 110 chercheurs et enseignants-chercheurs, ce dispositif de recherche, formation et innovation ambitionne de devenir un pôle d'excellence interdisciplinaire de visibilité européenne.

Pour Lucile Colombain, directrice opérationnelle d'Ouest Industries Créatives depuis le 1er février, les profondes mutations des secteurs culturel et créatif, avec la montée en puissance du numérique et à la mondialisation des usages, nous poussent à défricher de nouveaux territoires à la croisée de plusieurs champs disciplinaires. Intrinsèquement liée aux grands enjeux sociétaux, la création se forge aussi une place au sein des industries classiques et apporte un nouveau souffle aux dynamiques d'innovation. Avec cette nouvelle donne, nous avons l'opportunité de favoriser le développement économique et l'émulation créative, artistique et culturelle.

Pour Jocelyne Le Bœuf, directrice de la recherche de L'École de design Nantes Atlantique et co-directrice scientifique d'Ouest Industries Créatives, « C'est un tremplin pour renforcer des démarches croisées entre la recherche académique et notre savoir-faire en matière de méthodes créatives et recherche-action ancrée sur le terrain avec des entreprises, des collectivités, des réseaux d'acteurs en région et au-delà avec des partenaires internationaux.  »

Patrick Le Callet, professeur à l'Université de Nantes au laboratoire IRCCyN et co-directeur scientifique du Recherche Formation Innovation (RFI) : « Ce RFI s'inscrit aussi dans une volonté partagée des acteurs de revisiter la place de la créativité tant dans le monde recherche que celui des entreprises. Il y a une prise de conscience européenne récente sur ce sujet. C'est une petite révolution culturelle vers laquelle notre territoire s'est déjà engouffré. En transcendant les barrières disciplinaires, nous entendons  ainsi accélérer  ce mouvement en stimulant et facilitant les rencontres en mode "horizontal" des créatifs,artistes, technologues, enseignants, chercheurs "institutionnels" et  étudiants autour de projets communs. » «

Le programme Ouest Industries Créatives devrait se traduire d'ici 2020 par une augmentation des effectifs de recherche et des collaborations entre la recherche académique et les acteurs de l'innovation et du monde socio-économique. Un projet d'Ecole Doctorale interdisciplinaire est à l'étude et de nouvelles formations devraient voir le jour.

Un centre de ressources nourrira la dimension économique, thinktank et organe de transfert à l'interface entre la recherche, la formation et la création de nouveaux produits et services pour les usagers. Il croisera les domaines d'excellence de la recherche scientifique régionale :

  • Nouveaux outils, pratiques et usages liés à la création et la culture en régime numérique,
  • transformation des filières culturelles et créatives) avec ces quatre  domaines d'activité stratégiques : patrimoine, tourisme et économie culturelle ; espaces, paysages et modes de vie ; médias, images et transmédia ; santé, bien-être et  mieux-vivre.

Enfin, il s'agira de renforcer la visibilité et l'attractivité du pôle, au niveau européen et international, avec des partenariats stratégiques, des conférences internationales et une augmentation de la mobilité entrante et sortante.

Bio express de Lucile Colombain, directrice opérationnelle du R-F-I OIC

Spécialisée en communication et médias numériques, elle commence par explorer les métiers du web en agences de communication : webdesign, développement puis gestion de projet. Passionnée d'arts visuels et de patrimoine, elle effectue son premier plongeon dans le secteur culturel au sein d'une agence pionnière en design d'interaction muséographique. Son intérêt pour l'interdisciplinarité se forge à travers des projets d'innovation technologique et culturelle, à l'image de Terranumerica initié par Cap Digital (numérisation du patrimoine urbain).

Forte de ces expériences, elle relève le défi du laboratoire Arts & Techs de Stereolux, projet d'interface entre arts, sciences et technologies au sein d'un lieu culturel. De 2011 à 2014, elle rassemble artistes, entrepreneurs et chercheurs dans une démarche prospective et expérimentale au croisement de plusieurs disciplines, sur les usages des technologies numériques (interfaces homme-machine, objets et mobiliers connectés, nouvelles scénographies, nouveaux médias...). Lucile Colombain y développe une vingtaine de projets collaboratifs, organise/anime près de 130 événements pluridisciplinaires prospectifs et soutient une trentaine de porteurs de projets.

Elle choisit ensuite d'approfondir ses liens avec l'enseignement supérieur et la recherche, en mettant sur pied une nouvelle formation en design graphique numérique à l'Ecole de Design Nantes Atlantique, puis à la direction opérationnelle de Ouest Industries Créatives.

Lettre d'informations n°22