Polytech Nantes Infos n°5 - Juin 2010
Polytech'Nantes Infos

Poly'Nantes, l'association des diplômés de Polytech'Nantes, est allée à la rencontre de Magali TERRE, issu de la promotion 2003 de la spécialité Thermique-Energétique.

Magali TerreMagali Terre - Diplômée ingénieur TE 2003
Process & Mechanical Engineer - TURBOMACH SA - Plant Engineering Department (Riazzino - Switzerland)

TURBOMACH est leader dans le packaging de Turbines à gaz industrielles dont la taille peut varier de 2 à 25 MWe et fournit également des solutions clefs en main telles que cogénération ou cycle combiné. TURBOMACH fait partie du groupe CATERPILLAR depuis 2005.

Poly'Nantes s'est intéressée au travail en expatriation, et a recueilli le témoignage de Magali Terre, qui vit et travaille en Suisse, près de la frontière italienne. 7 ans après avoir rejoint le territoire helvète, Magali nous fait partager son expérience.

Magali, pouvez-vous tout d'abord nous préciser en quelques mots en quoi consiste le statut d'expatrié ?

Un salarié travaillant à l'étranger sans y avoir été détaché par son entreprise possède le statut d'expatrié, c'est à dire qu'il abandonne tout lien social avec la France et n'a donc plus le droit à la Sécurité sociale française, ne paye pas ses impôts en France, ne cotise pas pour la retraite en France, ne peut pas toucher le chômage en France, etc...

Les expatriés relèvent donc complètement du système social du pays où ils se sont installés.


Qu'est-ce qui vous a poussé à vous expatrier ? Est-ce une exigence de votre entreprise ou un souhait personnel ?

En fait, je parlerais plutôt d'une opportunité qui s'est présentée à moi par hasard et qui tombait plutôt bien vu le contexte du monde du travail en 2003. A la fin de mon stage de fin d'études j'ai envoyé beaucoup de candidatures spontanées car il n'y avait pas beaucoup d'offres d'emploi pour jeunes ingénieurs à ce moment là. En lisant la revue technique « l'Usine Nouvelle », je suis tombée sur un article sur TURBOMACH, entreprise dont l'activité correspondait bien à ma formation thermique-énergétique. De plus, travailler dans le secteur de la cogénération me motivait particulièrement, j'ai donc là aussi envoyé mon CV en candidature spontanée. J'ai finalement décroché un entretien, notamment grâce à mon expérience acquise sur un logiciel de simulation de performances énergétiques avec lequel j'avais travaillé pendant 6 mois durant mon stage de fin d'études. N'ayant eu que très peu d'entretiens pour des postes intéressants en France, je n'ai pas hésité longtemps avant d'accepter.


Si l'on revient quelques années en arrière, à votre arrivée en Suisse : qu'est-ce qui vous a posé le plus de difficultés d'adaptation à votre nouvel environnement ?

En premier lieu je dirais la langue bien sûr, car je ne parlais pas du tout l'italien. Au niveau du travail ce n'était pas un problème car j'utilisais beaucoup l'anglais et le français, mais au niveau de la vie de tous les jours il a fallu que je m'y mette rapidement pour m'intégrer au mieux dans ce nouveau pays, j'ai donc pris des cours intensifs d'italien durant 3 mois.

Au niveau administratif ce n'est pas évident non plus, surtout quand on ne maitrise pas encore la langue ! Car il faut bien sûr trouver un logement, ouvrir un compte en banque, faire le nécessaire pour avoir une assurance maladie, assurer son véhicule, etc... et chaque pays a ses procédures et ses lenteurs administratives, la Suisse n'étant pas épargnée.

La difficulté principale réside dans la nécessité d'avoir un permis de travail pour pouvoir exercer une profession en Suisse. TURBOMACH avait fait le nécessaire en ce qui me concernait mais mon ami a dû persévérer durant 8 mois avant d'obtenir le sien et de pouvoir prétendre à un poste. Ce n'est pas évident de s'expatrier en Suisse principalement à cause de ce permis de travail.


Quels avantages voyez-vous à vivre et travailler à l'étranger ?

Habiter à l'étranger est une expérience très enrichissante tout d'abord d'un point de vue personnel, cela permet de comprendre comment fonctionnent d'autres pays que la France, découvrir une autre culture, un autre système politique, une autre organisation administrative. L'usage d'une langue étrangère au quotidien est également un stimulant important pour moi.

Travailler à l'étranger est également un atout pour ma carrière professionnelle, démontrant des capacités d'adaptation et d'ouverture d'esprit je pense. Une expérience à l'étranger c'est toujours valorisant sur un CV.

L'avantage de la Suisse est que les salaires sont plus élevés qu'en France, avantage pas mal compensé par le fait que la vie y est beaucoup plus chère.

Et puis surtout le Tessin est une région magnifique, entre le lac majeur et les Alpes, offrant une belle qualité de vie, surtout après avoir vécu en région parisienne !


Vous avez peut-être aussi quelques inconvénients qui méritent d'être signalés

On a tendance à oublier que la France est avant tout un pays qui aide beaucoup ses compatriotes sur le plan social avec la sécurité sociale, les allocations familiales, etc...La Suisse a par exemple un système de sécurité sociale à l'américaine et donc les frais de santé sont considérables...

Bien sûr l'inconvénient principal reste la distance avec la famille et les amis même si la Suisse reste un pays frontalier et donc j'arrive tout de même à m'organiser régulièrement des weekends pour remonter voir mes proches.


D'une manière générale l'expatriation a une durée limitée. Envisagez-vous un retour en France ? Si oui, dans quelle mesure pensez-vous que votre carrière en France sera ou non avantagée par votre expérience d'expatriée

Au début oui, je pensais avoir une expérience de 3 ans minimum et 5 ans maximum, mais plus le temps passe et moins je suis décidée car je me rends bien compte de la grande qualité de vie que j'ai ici. Qui plus est, j'ai un travail qui me plaît, qui me fait voyager, qui me fait rencontrer des personnes de différentes nationalités. Dans tous les cas, si un jour je décide de rentrer en France, cette expérience ne pourra être que bénéfique dans mes recherches de travail.


Si vous aviez un conseil à donner à un jeune ingénieur voulant tenter l'aventure de l'expatriation, quel(s) serait(ent)-il(s) ?

Se renseigner au préalable sur toutes les démarches administratives avant d'y aller et apprendre la langue locale !


Propos recueillis par Damien Lelandais, pour Poly'Nantes.