Polytech'Nantes Infos n°2 - Juin 2009

Pourquoi cette filière ?


L'évolution du contexte énergétique mondial fait émerger de nouvelles problématiques dans le domaine de la production, du transport et de la consommation de l'énergie. Des améliorations doivent constamment être apportées tant sur le plan de l'efficacité énergétique des process que sur celui de la conception et de la conduite des systèmes énergétiques.

Les défis de la politique énergétique actuelle

Dans la dynamique du Grenelle de l'environnement, la politique énergétique actuelle encourage, en effet, une meilleure utilisation de l'énergie sous ses différentes formes. Il s'agit non seulement d'une maîtrise de sa production, à partir des sources classiques (fossile, nucléaire...) comme à partir des sources d'énergie renouvelables (éolien, biomasse, solaire...), mais aussi d'une optimisation de sa consommation (diagnostics, label HQE, Eco-construction).

Le milieu tertiaire, tout comme le milieu industriel ou encore celui du particulier sont concernés. Par ailleurs, l'ouverture du marché énergétique à la concurrence nécessite également une restructuration du réseau de transport et le développement des dispositifs de conversion et de stockage de l'énergie sous ses différentes formes (électrique, chimique, thermique, ...). A ces contraintes économiques et technologiques, cette ouverture à la concurrence ajoute également de nouvelles normes et réglementations.

Un contexte politique favorable

Au niveau national, la maîtrise de la demande d'énergie est un des principaux axes d'action de la loi de programme 2005 fixant les orientations énergétiques de la France. Parmi les objectifs chiffrés définis par cette loi, figure la baisse moyenne de l'intensité énergétique finale d'au moins 2% par an à partir de 2015. Cet indicateur qui mesure la consommation d'énergie pour la production d'une unité de richesse, permet de quantifier les effets des mesures entreprises en matière de maîtrise de l'énergie. Il s'agit donc d'amplifier la réduction annuelle qui s'établit en moyenne depuis 25 ans à -1.8%, notamment dans les secteurs « transports » et « résidentiel-tertiaire » qui représentaient en 2006, 75% de la consommation d'énergie finale. Plus récemment, la loi Grenelle 1 adoptée par les parlementaires, a conforté l'urgence d'agir, et la nécessité d'actions volontaristes pour réduire de façon importante la consommation d'énergie dans tous les domaines, notamment le transport et le bâtiment.

Former des ingénieurs de terrain

Cette évolution va nécessiter de former de nouveaux profils d'ingénieurs, avec des connaissances transversales pluridisciplinaires. Pour répondre à cette nécessité, notre pays doit faire émerger de nouvelles compétences : conduire des installations de production, de conversion, de distribution, de consommation de l'énergie ; conduire la construction de nouvelles installations, concevoir et dimensionner de nouveaux équipements, ceci dans le cadre de projets complexes et d'une réglementation en profonde évolution.
Si les compétences spécialisées existent d'ores et déjà dans les différents secteurs (énergétique, thermique, génie électrique et climatique) notre pays manque encore de personnes capables de faire le lien entre les technologies et leurs applications dans les grands secteurs d'activités : bâtiment, transport, industries manufacturières et de procédés. La formation envisagée vise à former des ingénieurs de terrain. Leurs missions seront de promouvoir et de conduire la maîtrise des énergies, au plus près des besoins et des techniques, en faisant office d'interface entre les experts et les demandeurs avec leurs considérations économiques et stratégiques.

Lettre d'informations