https://polytech.univ-nantes.fr/medias/photo/ls2n_1649779242095-jpg

En janvier et mars dernier, Polytech Nantes et Centrale Nantes ont organisé des visites communes de leurs laboratoires de recherche à destinations des collègues enseignants-chercheurs. L'occasion de mieux comprendre les activités de chacun et de développer des pistes de collaborations.

Visite des laboratoires de Centrale Nantes


Le 26 janvier, les visites ont débuté sur le campus nantais de Centrale après quelques mots d'introduction de Jean-Baptiste Avrillier, directeur de l'école. Une délégation d'une trentaine de personnels de Polytech Nantes ont pu visiter 4 laboratoires associés à Centrale Nantes :

Bassin de traction LEEHA Le Laboratoire de recherche en Hydrodynamique, Énergétique et Environnement Atmosphérique (LHEEA) avec son bassin de traction de 140m de long, équipé d'un générateur de houle qui permet de tester la résistance à l'avancement de navire, mais également ses bancs d'essais moteurs impressionnants.


Supercalculateur ICI L'Institut de Calcul Intensif (ICI) et son supercalculateur qui atteint des niveaux de précision de calcul records.




GeM L'Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique (GeM), commun à nos deux écoles, où il était possible de voir les différentes plateformes, notamment celle dédiée aux essais mécaniques composée de différents canons à projectiles testant la résistance des matériaux.

La visite s'est terminée par le Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes (LS2N), également commun à nos écoles, et sa halle expérimentale.



Visite des laboratoires de Polytech Nantes - Campus nazairien

Cette première demi-journée à l'École Centrale a permis de lancer la dynamique pour organiser ensuite la visite des laboratoires de Polytech Nantes. Deux demi-journées ont été nécessaires, nos laboratoires se situant sur deux campus différents, les 2 et 23 mars à Saint-Nazaire et à Nantes.

A Saint-Nazaire, la visite a commencé par une présentation des plateformes d'expérimentation de l'Institut de Recherche en Énergie Électrique de Nantes Atlantique (IREENA) autour de 3 thématiques : l'induction électromagnétique et matériaux complexes, les systèmes électriques à forte intégration d'énergies renouvelables, et la chaîne de conversion d'énergie électromécanique.

La visite s'est poursuivie avec la découvertE de la plateforme AlgoSolis, une infrastructure innovante équipée pour l’exploitation contrôlée, intensifiée et durable de la ressource microalgue à grande échelle.

La délégation de l'École Centrale a ensuite pu échanger avec les collègues du GeM autour des plateformes dédiées à la fabrication additive, aux comportements des matériaux polymères et composites, à la durabilité des ouvrages hydrauliques et enfin, à la recherche autour des constructions en terre.


Visite des laboratoires de Polytech Nantes - Campus nantais


IETR La visite s'est poursuivie le 23 mars avec la découverte des laboratoires de recherche de Polytech Nantes situés sur le campus Chantrerie. Elle a débuté par l'IETR et ses 3 plateformes, dont la chambre anéchoïque qui permet d'absorber les ondes afin d'éviter les réverbérations et les mouvements extérieurs. 



IMN Dans la halle d'essais, l'Institut des Matériaux de Nantes Jean Rouxel a montré les différentes techniques de fabrication additive métallique avant de présenter les équipements dédiés à l'analyse des matériaux en couches minces dont le microscope électronique à balayage qui permet un agrandissant jusqu'à 1 000 000 de fois pour une résolution de l'ordre du nanomètre, en terminant par la thématique du stockage d'énergie.

LTEN Au Laboratoire de Thermique et Énergie de Nantes, ont été mis en avant les travaux menés dans le cadre des polymères et composites, des transferts radiatifs dans les matériaux architecturés et les échangeurs multifonctionnels.




LS2N L'après-midi s'est terminée avec le LS2N et les travaux de ses deux équipes : IPI sur l'analyse de la qualité visuelle et sa perception par l'œil humain ; et DUKE avec la transcription collaborative des registres de la comédie italienne et la simulation de patient virtuel au bloc opératoire.



Ces échanges riches et ces regards croisés sur nos activités de recherche permettront, nous l'espérons, de lancer de nouvelles collaborations entre nos équipes.